On se tutoie ?

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, avril 4 2009

Migration de twitter vers identi.ca

Comme je l'ai twitter (je pense que le verbe associé restera) je suis entrain de basculer vers identi.ca.
identi.ca c'est tout plein de bonnes choses:

  • Basé sur l'application open source laconi.ca.
  • Décentralisé (possibilité de monter son petit serveur).
  • Ca gère openid.
  • On peut poster via xmpp depuis son compte jabber.
  • Permet d'exporter un fichier FOAF.

Bref, tout plein de formats ouverts.

Inconvénients:

  • <troll>C'est du PHP, mais personne n'est parfait.</troll>
  • Je ne sais pas comment va évoluer le service, j'imagine que la société controlyourself va sûrement se concentrer d'avantage sur son service de microblogging payant pour les entreprises status.net. Mais il y a toujours la possibilité de s'auto-héberger en installant laconi.ca.

Et puis le fait que google soit sur le point d'acheter twitter me motive aussi à changer, je n'ai aucune envie d'avoir toute ma vie chez eux.

vendredi, mars 13 2009

A propos d'Hadopi

J'ai pas mal de questions en vrac à propos d'Hadopi:

  • Les FAI auront le rôle de rapporteur de concordances IP - Abonné, mais qui nous surveille ?
  • Est ce qu'Hadopi signifie fin de la copie privée ?
  • Comment on distingue un téléchargement légal d'un illégal ? On se base sur le protocole et on dit que tout p2p == piratage ?
  • Ou on demande au FAI d'analyser tous les contenus qui transitent chez eux pour pister les internautes (ce qui serait une grave atteinte à la liberté) et accessoirement coûteux pour les FAI ?
  • Comment on fait pour les contenus en streaming (deezer, dailymotion...) ?
  • Est ce que je suis hors la loi si je télécharge un ISO de ma distribution préférée via bittorrent ?
  • Si la loi est promulguée, peut on imaginer une sorte d'équivalent du permis blanc pour l'utilisation d'Internet ? Aujourd'hui énormément de personnes sont dépendantes de leur accès à Internet pour travailler.
  • Comment prouver sa bonne foi et quid de la responsabilité si notre réseau wifi a été hacké et que quelqu'un s'en sert pour télécharger illégalement ?

Techniquement, ça me paraît juste impossible d'appliquer cette loi.

jeudi, novembre 20 2008

Paris web 2008 en un mot : la passion

Novice de ce genre d'événement j'ai appris beaucoup de choses à Paris Web, autant sur le fond que sur la forme. Je ne vais pas m'étendre sur le fond des conférences (les slides seront disponibles, libre à chacun de les consulter) mais je renviendrai quand même sur chacune d'entre elles pour y noter ce qu'elle m'a apporté.

Au milieu des géants

C'est assez impressionnant de se retrouver en présence de tant de personnes qui font évoluer le web.
Entre ceux qui interviennent directement dans le choix des standards, ceux qui quelques mètres plus loin
les implèmentent dans les navigateurs que nous utilisons tous les jours, et enfin ceux qui utilisent ces technologies pour réaliser des applications qui draînent des milliers de visiteurs on se sent un peu tout petit.

Et pourtant la moindre forme d'évangélisation dans le suivi des bonnes pratiques ou la sensibilisation aux règles d'accessibilité auprès de nos clients est déjà une avancée énorme en soit.

L'art d'une conférence réussie

Naïvement je pensais que c'était avant tout le sujet d'une conférence qui allait assurer sa réussite.
Jeudi matin j'étais par exemple convaincu que la conférence sur les interfaces riches serait beaucoup plus stimulante que celle sur l'accessibilité.

J'avais un peu de mal à concevoir que l'on puisse réaliser une conférence tonitruante dans ce domaine.
Et pourtant. Les deux conférences sur l'accessibilité étaient excellentes : pas de temps mort, une bonne dose d'interaction et surtout des confériencers intarissables.

Ce qui m'a amené à la conclusion suivante : ce qui compte avant tout c'est la passion du conférencier pour son domaine de prédilection.

J'ai aussi remarqué que l'un des ingrédients récurrent d'une conférence réussie était une dose savante d'humour.
Que ce soit David avec la citation de Chuck Norris, Christian Heilmann avec son singe crieur ou son site, ou encore Stéphane Deschamps avec un show énorme.

Quelques déceptions

Tout d'abord celle de n'avoir pas pu participer à la table ronde navigateurs. J'avais déjà eu l'occasion d'écouter Paul Rouget à l'INSIA et j'avais adoré. Et puis avoir les représentants des principaux navigateurs en même temps n'est pas chose commune.

Ensuite une grosse déception sur la dernière conférence de la première journée. Déçu parce que je suis convaincu que les confériences avaient des tonnes de choses à m'apprendre et que je n'ai absolument pas compris où ils voulaient en venir. À tel point que j'ai du relire le titre et le résumé de la conférence sur la brochure pour savoir à quoi j'assistais.

Un maximum de satisfaction

Le jeudi :

  • Ergonomie des interfaces riches par Amélie Boucher

Une bonne piqûre de rappel en terme de bonnes pratiques sur ce qui fait parfois office de bon sens mais qu'on a tendance à oublier (Ex: donner du feedback à l'utilisateur). Pas mal d'exemples d'interface utilisateurs avec des erreurs traditionnelles à éviter (Ex: validation de formulaire uniquement avec le bouton entrée) et des retours utilisateurs sur ce qui fonctionne bien ou pas (Ex: slider non adapté ou sans alternative). Beaucoup de concret.

  • Qualité et accessibilité Web : vers l’amélioration continue par Élie Sloïm

Élie nous a parlé du web et de l'accessibilité dans un contexte d'industrialisation. Certains points sont relativement simples à appliquer lorsqu'on possède quelques sites mais il en est tout autrement pour des entreprises possèdant des parcs de milliers de sites. L'accessibilité à vraiment été présentée comme une part intégrante du process de conception et pas comme comme quelquechose qu'on rajoute en bout de chaîne si on a le temps et le budget.

  • Travailler dans le présent par Christian Heilmann

J'en retiens un maître mot : réutilisation (de composants existants) !
C'est une notion que j'ai mis beaucoup de temps à intégrer : que temps perdu à ré-inventer la roue.

  • Accessibilité : des volontaires ? par Stéphane Deschamps et Aurélien Levy

Plus qu'une conférence, un show.
Le gros point fort de cette conférence a été la mise en situation (lecteur d'écran, tests visuels, auditifs...) des auditeurs.
Du concret dans un domaine souvent trop théorique et dont on perçoit mal les enjeux. Aujourd'hui on associe trop souvent accessibilité à handicap physique alors que l'on peut tous se retrouver en situation de “handicap” : connexion lente, contraste d'un écran d'ancienne génération, taille d'un écran de téléphone mobile...

  • Internautes et robots des moteurs de recherche, mais comment font-ils pour s’y retrouver ? par Alix Lassaigne et Christophe Cotin-Valois

La conférence à côté de laquelle je suis vraiment passé.

Le vendredi :

  • Internationalisation par François Yergeau

J'ai appris des tonnes de choses (notamment sur l'unicode) sur un sujet que je pensais connaître.

  • La mode se démode, le style jamais par Daniel Glazman

La conférence qui fait rêver quand on voit tout ce que CSS3 va nous apporter : animations (Ex: rotation de bloc), amélioration des selecteurs (Ex: nth-child), design en colonnes, font-face, media queries pour cibler un attribut selon le média de destination...

  • Identité 2.0 et Web sémantique par David Larlet

J'y vois enfin plus clair sur un sujet qui m'intéresse beaucoup mais que je ne savais pas par quel côté aborder.
Cette conférence présentait à la fois les problèmatiques et les ébauches de solutions qui sortent du lot. Les problèmatiques d'identité numérique sont loin d'être résolues et c'est un sujet que sur lequel chacun d'entre nous devrait s'interroger.

  • IE 8 et les standards du Web par Chris Wilson

Chris n'a pas cherché à se défiler le moins du monde en parlant d'IE8 et nous a donné pas mal d'espoirs pour les versions futures non seulement en terme de standards mais aussi d'innovation.

  • Performance Web côté client par Éric Daspet et Nicole Sullivan

On y retrouvait une bonne partie des aspects évoqués sur le blog performances d'Eric. Cette conférence aurait dû durer au moins 3h pour qu'ils aillent au bout de leur quantité astronomique de slides :-).

Chapeau à...

  • Christophe Porteneuve : Je connaissais le niveau technique de mon ancien prof' mais j'ai été scotché de son niveau d'anglais : il traduisait les questions françaises pour les intervenants anglais et nous retraduissait leurs réponses à la volée !
  • Élie Sloïm : C'est vraiment le conférencier qui m'a bluffé ; je ne l'ai pas vu regarder une seul fois ces slides. Une conférience d'une incroyable fluidité, un régal.
  • Les traducteurs en language des signes : il leur a fallu du courage pour suivre le débit des conférenciers parfois !

Des améliorations possibles dans l'organisation ?

Je me demande dans quelle mesure c'est possible mais ce serait incroyable de pouvoir diffuser cette conférence en temps réel sur Internet.

Le principal inconvénient de cet événement finalement c'est qu'il se passe à Paris. Il y a un tas d'auditeurs qui viennent des 4 coins de la France mais certains ne peuvent tout simplement pas se le permettre.

Je pense notamment aux habitants de DOM-TOM ou encore ceux qui n'ont pas le budget pour payer les conférences et se loger à Paris pendant ces 2-3 jours.

Dans un premier temps même si la consultation n'est pas interactive elle permettrait quand même d'élargir nettement la portée de ces conférences.

On peut aussi imaginer pouvoir se faire un forfait “à la carte” : je choisis de visionner telle ou telle conférence (payante ou non) ; apparemment il y a un certains nombre de personnes qui regrettent d'avoir dû faire un choix entre conférences techniques et conférences décideurs.

vendredi, septembre 5 2008

Google se donne 3 ans pour régner sur les navigateurs avec chrome

Quand on prend un peu de recul ce que vient de faire Google est excellent en terme de communication.

  1. Il publie un comics qui fait le tour de la blogosphère. En quelques jours heures tout le monde est avisé du produit, le buzz commence. Google étant, sans discernement, reconnu comme une entreprise de gentils qui vont le bien autour d'eux («Don't be evil» qu'ils disent) le produit reçoit automatiquement des louanges. Une comm' à pas cher diablement efficace.
  2. Le comics vante les mérites principalement de deux concurrents : Mozilla Firefox et Safari. Pour le premier on dit qu'on a pris quelques d'idées, pour le second on a pris le moteur. En vantant les mérites des deux projets Google se donne l'occasion d'avoir des éloges en retour.
  3. Quelques jours avant, l'accord de financement de Firefox par Google est reconduit pour 3 ans. Drôle de coïncidence. Je n'aimerai pas être dans la situation de Firefox, financé par mon concurrent maintenant direct. A partir de là difficile pour Tristan de dire un mot de travers sur le projet. Google tient Mozilla Firefox sous perfusion.
  4. Pour faire passer la pilule, Google se garde un ennemi frontal qu'il n'a même pas besoin de diaboliser : Microsoft. Tous les petits gentils d'un côté contre le gros méchant. Sauf que Google n'est ni petit, ni gentil (société de profits inside).

Toutefois, il fallait être fin et patient pour ne lancer son produit que maintenant, en attendant que le web soit suffisamment mûr.
Pour moi Google s'est donc donné 3 ans pour tuer les autres navigateurs.
Sinon pourquoi ne pas avoir investi ses ressources directement dans Firefox au lieu de faire un produit maison ?

Il faudrait être naïf pour croire que Chrome va directement faire chuter les parts de marché d'Internet Explorer.
Les premiers suceptibles d'utiliser Chrome sont les geeks et autre early adopters. En ligne de mire c'est donc Firefox qui va en prendre un coup.
Surtout que son aura commence à pâlir car les geeks aiment le changement.

Si Chrome peut aller plus loin en terme de prise de part de marché c'est uniquement parce ce qu'ils ont un plus grand pouvoir : plus de monnaie sonnante et trébuchante.
Il serait facile pour eux de négocier des partenariats avec des constructeurs afin d'installer Chrome par défaut.

Personnellement je trouve que ça n'a rien de rassurant de ce dire que Google va maîtriser tous les aspects de la chaîne d'information.
Forcément ce navigateur sera celui qui s'intègre le mieux avec tous les services tel que reader, docs, gmail ...
Il sera donc beaucoup plus dur de repartir sur un navigateur tiers quand on sera sur Chrome.

En résumé j'ai plusieurs interrogations, pas vraiment rassurantes :

  • En premier lieu Chrome ne risque t-il pas d'aspirer les utilisateurs qui n'utilise pas Internet Explorer ?
  • En investissant massivement dans leur produit, ne risquent ils pas de décourager (et semer) la concurrence ?
  • Quel garanties avons nous qu'une structure capitalistique ne cherchera pas avant tout à mettre en avant ses produits ?
  • Ne risque t-on pas de voir apparaître des morceaux de code allant à contre sens des standards ? Internet Explorer a créé les ActiveX pour interagir avec d'autres applications MS depuis IE, pourquoi Google ne chercherait pas à faire le même genre de choses pour interagir avec ses webapp ?
  • Quid de notre vie privée ? Le but est-il qu'à terme notre identité numérique soit centrée autour d'un compte gmail ?

lundi, juillet 21 2008

Réponse automatique avec les filtres de thunderbird

Suite à mon annonce concernant la future disponibilité de mon appartement, j'ai reçu plus de 80 mails pour me demander des infos (généralement s'il était encore disponible).

<message type="subliminal">Ne m'écrivez plus, il est pris.</message>

Bon, c'est vrai que je l'ai bien cherché mais ça commençait à devenir exaspérant, surtout que je mets un point d'honneur à répondre à tout le monde (je trouve ça très frustrant de rester sans réponse).

Du coup je me suis demandé comment mettre en place une réponse automatique.
Logiquement, le meilleur moyen de faire c'est de configurer son serveur de mail puisque le client (ici thunderbird) n'est pas ouvert en permanence.

Sauf que si c'est relativement facile pour mettre en place un auto-reply quand on part en vacances, c'est plus complexe pour un message donné car il faudra mettre en place des regex etc ...
Qui plus est mon client à moi est ouvert tout le temps, nah.
Et puis tout le monde n'a pas son propre serveur de mail, toc.

Du coup je me suis penché un peu (plus) sur les filtres de thunderbird et j'ai trouvé mon bonheur.
À la base je me servais des filtres uniquement pour classer mes mails mais en fait on peut faire tout plein de choses sympas.

Tout d'abord il faut créer un nouveau mail, avec la réponse que l'on souhaite envoyer.
Une fois écrit, Fichier > Enregistrer comme > Modèle
Le nom du modèle sera celui du sujet de l'email. Le dossier Modèles sera automatiquement créé s'il n'existait pas (ça fonctionne aussi pour les comptes IMAP, le dossier est créé sur le serveur).

Ensuite on va sur son compte et on clique sur Gérer les filtres de messages, Nouveau et on applique les règles qui vont bien.
J'ai mis :

  • Déplacer le mail vers mon dossier logement
  • Répondre avec le modèle x
  • Marquer comme lu

cf screenshot :
filtres thunderbird pour la réponse automatique

Au final les filtres sont bien pratiques et permettent des petites choses sympa comme :

  • Mettre les pubs, spams, cron jobs en lus automatiquement
  • Tagguer les mails clients en importants ...

dimanche, juillet 20 2008

Check my logs !

J'ai ouvert il y a quelques temps un pseudo blog, qui s'apparente plutôt à une compilation pour résoudre des petits soucis techniques qui surviennent fréquemment.
Mais sauf à être devin, il n'y avait aucun moyen d'y accèder.

C'est maintenant chose faite.
Si tu veux contribuer, n'hésite pas.

samedi, avril 19 2008

Synchroniser Akregator et Google Reader, c'est pour bientôt.

La problématique

Même si on est de plus en plus dans une perspective full web où tout et n'importe quoi se transforme en webapp, dans bien des cas rien ne vaut une bonne application desktop.

Bien souvent, si l'on utilise un service online, c'est parce qu'on peut l'utiliser partout, et retrouver ses données dans l'état dans lequel on les a laissées.
Dans mon cas c'est ce dernier point qui m'a fait switcher d'Akregator vers Google Reader. Il est vrai que c'est pénible de n'avoir aucune donnée synchronisée d'un poste à l'autre.

Toutefois Akregator semble avoir fait pas mal d'avancées en la matière et de petites choses se mettent en place.
Un module de synchronisation a été créé et permet pour l'instant de synchroniser les flux en ajout et en suppression.
Pour l'instant il n'est pas possible de synchroniser les articles et leur état.

D'après l'équipe KDE en charge de ce module la difficulté n'est pas réellement technique puisque les API de google sont assez simples à utiliser.
Ce qui pose problème c'est que les informations ne sont pas stockées de la même manière d'un gestionnaire de flux à l'autre.
Toute la difficulté est de faire un module le plus générique possible puisque l'objectif est de pouvoir se synchroniser avec un maximum d'agrégateurs en ligne.

Disponible pour quand ?

Le module de synchronisation des flux uniquement devrait être disponible dans KDE 4.1.
Pour une synchronisation complète il faudra attendre la sortie du nouveau gestionnaire d'informations personnelles de KDE : Akonadi, ce qui devrait coïncider avec la version 4.2 de KDE.

Une preview ?

mardi, janvier 29 2008

Blog.refresh

Comme tout le monde tu me lis directement via un lecteur de flux, ce qui signifique que tu ne vas jamais réellement sur le blog.

C'est pourquoi je t'annonce ici que j'ai changé de thème, pour en faire un maison, plus adapté à mes besoins.

Les modifications sont presque exclusivement esthétiques. Par contre comme j'ai voulu un thème plus minimaliste j'ai viré la sidebar, qui encombrait inutilement.

J'en ai profité aussi pour passer de urchin.js à ga.js, le nouveau tracker de google. Si tu veux une explication des différences je te recommande le PDF fait par Google.

Je mettrai très certainement mon thème à disposition une fois que j'aurai fignollé quelques détails, histoire de remplir la section qui sert à ça. Pour le moment ça s'affiche bien sur les navigateurs qui coopérent, et presque bien sur les autres (comprendre que sur IE j'ai deux trois décalages de pixels, mais rien de compromettant).

Si tu détectes un bug ou un élément non stylé fais le moi savoir, histoire d'avoir un truc clean avant de le mettre à disposition.

mardi, janvier 22 2008

Macbook & mésaventures ...

Les rumeurs

Avant de commencer à utiliser un mac je me suis souvent laisser dire que le matériel d'Apple était de bonne facture et que l'écart de prix se justifiait grâce à cela.
D'autre part les fans de la pomme vous jurerons que le prix excessif du matos n'a d'équivalent que le SAV sans faille.

Les symptômes

Sauf que voilà, moins d'un an et demi après avoir acheté mon macbook (18 septembre 2006), je peux vous confirmer que ce n'est pas pour les composants qu'on choisi un mac.
Il y a une dizaine de jour c'est la batterie qui m'a lachée, sans réels signes précuseurs ; affichant simplement une batterie avec une croix sous OS X.

Ça limite l'intérêt d'un portable quand on se ballade un fil à la pate.

Presque 200€ plus tard me voilà avec une batterie neuve et pimpante et un volume de RAM passé de 512mo à 2go (impossible de bosser sous eclipse avec 512).
Je devenais enfin productif sur mon macbook.

Les symptômes (bis repetita)

Hier c'est le disque dur qui a rendu l'âme, la tête qui se met à claquer, le dossier avec le point d'interrogation au boot, la loose.
Et mon matériel, j'en prends soin.
Ce qui me met en colère c'est qu'après maintes recherche il s'avère que mon disque dur fait parti d'une série noire, celle aux caractéristiques suivantes :

  1. Marque : Seagate
  2. Modèle : ST96812AS
  3. Firmware : 7.01

Alors franchement ça aurait été bien de la part d'Apple :

  1. De reconnaître le problème
  2. De prévenir les utilisateurs ayant acheté ce matériel (ils peuvent retrouver nos coordonnées, au moins pour ceux ayant acheté sur l'Apple store), afin qu'ils anticipent une perte de données
  3. De faire un geste, ou mieux de remplacer le disque

Bilan

Très franchement je ne regrette pas mon achat parce que le design est séduisant et que le système mac OS X s'adresse aussi bien aux débutants qu'aux utilisateurs avancées (pratique pour sa moitié).
Toutefois je voulais casser un peu le mythe du matériel irréprochable par le biais de ce billet.

Un reste d'espoir ?

J'ai contacté Apple afin d'obtenir un remplacement du disque en question. Pas de réponses pour le moment. Je noterai ici le résultat de ma demande.
Stay tuned.

jeudi, janvier 10 2008

Nouveau logo pour Archlinux

Suite au concours, le gagnant du concours a été désigné par un système de votes.

La simplicité du design colle bien à la philosophie de la distribution à mon goût. L'autre logo The minimalist était lui aussi très abouti.

Y a pu qu'à intégrer tout ça comme on dit.

- page 2 de 4 -